|

Pourquoi j’aime chanter avec les chorales ?

Un frisson a parcouru toute la surface de ma peau, m’a presque soulevée du sol. J’ai fermé les yeux. Bouleversée par cette sensation nouvelle, j’ai eu peur d’avoir quitté mon corps. Pourtant j’étais bien là, debout dans cette église où ma voix résonnait parmi celles d’une quinzaine d’enfants et d’adultes. Nous étions en harmonie et je venais de découvrir le pouvoir du chant.

À l’âge de sept ans, timide, craintive et enfant unique, un jour sur deux je rentrais de l’école dans la voiture d’une voisine dont la fille était une terreur et prenait plaisir à me pousser à bout. Souvent, j’arrivais à la maison en larmes, honteuse de n’avoir pas su me défendre. Un jour cette camarade de classe que j’évitais de contrarier à tout prix m’a invitée à l’accompagner au catéchisme. Je ne savais pas ce que c’était. « C’est super, on fait des coloriages, du bricolage et on se déguise aussi, tu vas adorer ». Je connaissais ce regard. Elle se fichait bien de me faire plaisir, elle voulait juste m’entraîner dans ses obligations des samedi et dimanche matin. J’ai pensé qu’en disant oui nos relations s’assoupliraient mais elles n’ont fait qu’empirer.

Il faut souvent du temps pour s’en rendre compte mais dans la vie les épreuves s’accompagnent volontiers d’un cadeau (merci petite peste de mon enfance). Le mien s’est manifesté sous la forme de soeur Marie-Angèle et soeur Marie-Renée, deux religieuses catéchistes au sourire indélébile qui donnaient des leçons de piano et dirigeaient avec enthousiasme la chorale à la messe du dimanche.

Je me souviens des premières vocalises. Je montais facilement dans les aigus à force de m’entraîner avec le 45 tours de “Blanche-neige et les sept nains”. Blanche-neige avait la peau claire et les cheveux noirs comme moi, se faisait empoisonner par la méchante sorcière comme moi par ma copine de classe et elle chantait très aigu. J’étais motivée pour atteindre les mêmes notes qu’elle, je me disais qu’à la fin, pour moi aussi tout finirait par s’arranger. Et ce fut le cas. À la chorale j’oubliais tout et je reprenais des forces. Entendre le choeur dans la longue réverbération de l’église, ressentir ma voix se mêler à la magie harmonique des cantiques en latin, cette émotion forte a changé le cours de ma vie. Peu de temps après, je suis entrée au Conservatoire d’Agen. En plus du piano, du saxophone et de la formation musicale, j’y ai fait du chant choral jusqu’à l’âge de 18 ans.

Aujourd’hui Thierry et moi avons la chance de travailler régulièrement avec des chorales invitées à nous rejoindre sur le final de notre spectacle “Hip ! Hip ! Hip !”. Pour moi, l’émotion rejaillit à chaque fois, toujours aussi intense.

Récemment, l’ensemble vocal Emprise Directe de Charenton-Le-Pont a créé un spectacle avec nos chansons et nous y avons participé avec un plaisir indescriptible. Le diaporama présenté plus haut en est extrait. 12 chansons de notre répertoire harmonisées pour 100 choristes.

Le 10 juin 2022 nous sommes les invités du Festival Choral de la région havraise. Le titre de cette nouvelle édition a été inspiré par notre chanson “Tout va bien” et nous la jouerons avec 500 collégiens à cette occasion.

Le 14 juin 2022 nous rejoindrons nos amis de Voix Muzik Zac’ sur la scène du Théâtre Libre à Paris pour fêter leurs 10 ans d’existence.

Nous avons déjà travaillé avec des dizaines d’autres chorales et je l’espère, ce n’est qu’un début. Si jamais cet article vous donne envie de rejoindre une chorale, sachez que des études ont récemment démontré les bienfaits du chant choral sur la santé. Voici un mini reportage pour vous les exposer.

À bientôt ☀️☀️☀️

A lire également

14 Commentaires

  1. Adolescente, comme toi, Lili j’ai commencé à chanter à la chorale religieuse … le début d’une belle aventure musicale mais aussi humaine pleine de partages et d’épanouissement personnel .
    Maintenant j’ai 50 ans et je chante toujours en chorale mais des chansons contemporaines désormais ! Quand je chante L’énergie qui se dégage au sein du groupe, me donne des sensations incomparables, l’emotion m’emporte, les poils se dressent… jusqu’à faire couler des larmes. C’est un incroyable bonheur de partager tant de vibrations positives avec d’autres choristes. Ton article résonne en moi. Merci Lili ♥️

    1. Salut Christelle, merci pour ton témoignage, on a décidément beaucoup de points en commun 😊

    2. Bonjour Lili
      Bonjour Thierry
      Suis pas vraiment un bon chanteur ,mais quel bonheur de vous écouter, chaque concert est un grand bonheur
      A bientôt

  2. Très touchant cet article sur le chant choral et ton enfance. Et merci pour le diaporama 😉
    Bises à vous deux et à bientôt.

  3. C’est vrai la chorale fait du bien, et elle rend humble. On rencontre des voix parfois assez extraordinaires….et on reste scotché. Et même si on est artiste et qu’on chante déjà en solo, ça fait du bien d’entendre le souffle d’une chorale, de devoir écouter et moduler son chant en fonction des autres, de sentir un groupe et le découvrir à travers la voix.

  4. Ah Lilli, moi aussi j’ai commencé le “chanter en choeur” à l’église! Et après chorales scolaires et Colos. Bon, moi aussi, j’adore chanter et celà me donne “la pêche”. J’espère pouvoir continuer le plus longtemps possible😅🤩🤩😘Bises à vous et quel merveilleux souvenir notre spectacle à L’ALLEGRIA. Régine 😍

  5. Très bel article sur les bénéfices et la puissance que recèle le chant en chorale. De plus, Lili “Blanche Neige” ne se doutait pas que, grâce à la chorale, si elle allait trouver sa voix, elle était aussi sur la voie de rencontrer son Prince, le seul au chapeau orné d’une fourmi. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *